Oser et gagner

Évelyne Rochette, nouvelle technicienne comptable dans le secteur laitier végétal, est une passionnée d’agriculture. À 23 ans, ses yeux scintillent quand elle en parle. Elle travaille depuis cinq ans à La Coop Agrivert, un endroit qu’elle connaît bien : « Mes parents étaient agriculteurs, je venais ici avec mon père quand j’étais petite…». Voici une jeune fille déterminée, voici un employeur qui sait qu’on gagne à investir dans la qualification des jeunes. 

Cette histoire débute il y a cinq ans. Évelyne étudie en gestion et exploitation d’entreprise agricole pour prendre la relève de la ferme familiale. Différents événements se sont succédé et mettent fin à sa formation. « C’était ma passion, mais pour des raisons personnelles, j’ai dû abandonner mes études et mon rêve d’avoir une ferme à moi. » C’est l’obligation de travailler qui l’amène à combler un poste de caissière à la Quincaillerie Unimat de Saint-Barthélemy. 

Évelyne adore son travail et ses collègues. Cependant, après quatre ans, le besoin de défi la rattrape. Lors de son évaluation annuelle, son patron lui demande où elle se voit dans le futur. Elle profite de l’occasion pour lui faire part de son désir de travailler dans les bureaux. Sans qualification, sa demande reste impossible à satisfaire. Convaincue qu’elle a besoin d’un emploi différent, elle décide d’envoyer des cv. Là encore, sans qualification, aucune porte ne s’ouvre devant elle. Déterminée, elle se retrousse les manches et s’inscrit au DEP en comptabilité au Centre multiservice des Samares. Son employeur lui offre alors un poste à temps partiel. « Ici, on valorise ceux qui vont à l’école. Quand j’ai annoncé que j’y retournais, mon patron était content. Il m’a dit qu’il n’y avait pas de problèmes et m’a offert un horaire à temps partiel : les fins de semaine et mes journées pédagogiques. »
 
C’est ici que le destin entre en jeu. Quatre mois plus tard, un poste s’ouvre à l’administration, poste qui correspond aux aspirations d’Évelyne. Même si elle n’a pas encore terminé son DEP, elle décide de rencontrer le directeur pour en discuter. « Le poste était ouvert. Ça prenait quelqu’un de disponible maintenant. Moi, je finissais seulement en juin. La Coop Agrivert et l’école se sont organisés pour que mon stage soit réparti de janvier à juin, à raison de deux jours par semaine. On a rappelé une ancienne employée pour les trois autres journées. Je vais commencer à temps plein, le 1er juin! Il me restera un seul examen pour compléter ma qualification. La Coop Agrivert et le Centre multiservice ont été très compréhensifs face à cette situation. » 
 
Même avec l’énergie de la jeunesse, un retour aux études lorsqu’on doit subvenir seul à ses besoins, ce n’est pas évident. Il faut du courage et beaucoup de motivation pour persévérer. Évelyne a pu puiser sa motivation dans sa détermination, dans les encouragements de ses amis et aussi dans la reconnaissance et la confiance que lui a témoignées son employeur : « Savoir qu’on a une place qui nous attend, le poste qu’on désire, permet de voir la lueur au bout du tunnel ». Aujourd’hui, Évelyne a obtenu un emploi qui la stimule. La Coop Agrivert, elle, a acquis une employée loyale et passionnée.
 
La Coop Agrivert est certifiée OSER-JEUNES Argent.
Plan du site  |  Conception : Kiwigraphik  |  Réalisation : NeXion
| | Partager